Une boîte à surprises - C'est Noël en avril




En cette journée froide et humide d’avril à Gatineau, nos esprits furent réchauffés par l'arrivée d'un conteneur maritime rempli de rêves et d'inspiration. À l'intérieur de la boîte de couleur gris acier, provenant de la Aircraft Restoration Company à Duxford, au Royaume-Uni, on y a retrouvé un Spitfire XIV légèrement usagé et un moteur radial Bristol Pegasus tout brillant, remis à neuf et que l’on attendait, franchement, depuis trop longtemps pour notre Fairey Swordfish. En effet, plus de quatre longues années se sont écoulées depuis que ce moteur  a été séparé de sa monture. Nos mécanos sont impatients de procéder à son installation dans le Swordfish et enfin mettre en marche le programme Gray Ghost 2.

Le Spitfire, portant le numéro de série RM873, a bien fourni sa part d’efforts pour le patrimoine canadien. Des pilotes des escadrons 402 et 401 de l’ARC l’ont piloté dans plusieurs opérations de combat en Europe à la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’appareil a ensuite été vendu à la Royal Thai Air Force. Vous pouvez lire un historique plus complet de RM873 dans un article publié lan dernier. Cette beauté, propulsée par un puissant moteur Griffon et munie d’une hélice à 5 pales, sera restaurée par les Ailes d’époques du Canada au cours des cinq prochaines années et se joindra à nos deux autres Spitfires - le Arnold Roseland Spitfire IX (442e Escadron) et le William Harper Spitfire XVI (421e escadron). Elle portera les marques du Spitfire RM873 YO-W du 401e Escadron de l'ARC.

Jetons un coup d'œil rapide dans notre boite à surprises de ce matin.



Trop lourd pour secouer et voir s’il contient effectivement notre moteur Pegasus, le personnel des Ailes d’époque décharge le Pegasus très attendu ... ou est-ce simplement un « pot » à Pegasus? Photo par Rob Fleck



Le directeur de l'entretien et de la restauration, Andrej Janik (dans le conteneur) dirige le déchargement. Photo par Rob Fleck



Oscar Verdugo enlève quelques arrimages avant de la déposer dans sa nouvelle demeure. Par Rob Fleck



Un brin d’humour britannique ou une nécessité pour fin d'assurance? Nous avons trouvé cette note écrite sur le fuselage du Spitfire. Zut!, et nous qui voulions la démarrer pour évaluer son potentiel! Photo par Rob Fleck



Andrej Janik inspecte les vestiges de l'empennage. Photo par Rob Fleck



Ressemblant plus à quelque chose repêchée du fond de l'océan, ces pièces, à peine reconnaissables, seront bel et bien transformées en un bel appareil Spitfire XIV canadien qui prendra son envol au cours des prochaines années. Photo par Rob Fleck


On saisit le Spitfire et on le place sur une palette pour le déplacer dans le hangar. Photo par Rob Fleck



On ne sait pas pourquoi ce numéro de série (PM631) est écrit sur l'épave, puisque le fuselage est bien connu comme étant celui du RM873. Il s’agit  peut-être d’un autre brin d'humour britannique car le numéro PM631 appartient à un autre Spitfire XIX, entièrement restauré, propulsé par un moteur Griffon de Rolls-Royce – un Spitfire du vol mémorial de la Bataille d'Angleterre. Sacré Brit! Photo par Rob Fleck



La beauté des lignes du Spitfire à dos surélevé est clairement visible malgré son mauvais état. Photo par Rob Fleck

Search
The complete Warbird U Calendar for 2012
© 2013 Vintage Wings of Canada, all rights reserved. Vintage Wings of Canada, Warbird U., Gray Ghost, Gray Ghost 2, Hawk One and Vintech Aero are trademarks of Vintage Wings of Canada