Les Stars de Birmanie


BurmaStars Title 

 

Les Ailes d'époque reçoivent des anciens combattants canadiens, honorés et parfois oubliés, 

des héros de la Campagne de Birmanie


Photos par Pierre Lapprand, George Mayer et Graeme Goulet

 

Montage de photos prises par Graeme Goodlet et Pierre Lapprand


Le 14 août 2010,  des anciens combattants du théâtre d'opérations de Birmanie de la Seconde Guerre mondiale ont envahi les Ailes d’époque du Canada. Trois vagues successives de véhicules terrestres non-amphibis étaient partis d'Ottawa pour effectuer un débarquement à Gatineau, avec des arrivées prévues à une heure d'intervalle chacunes. Ces véhicules rouges et blancs de transport de troupes, maquillés en autobus de ville, ont atteint leur «objectif » en un synchronisme parfait avec un assaut aéroporté en arrière des lignes grâce au Dakota C-47 du Canadian Warplane Heritage faisant débarquer encore plus de troupes. Contrairement au débarquement de Normandie, tous les assaillants étaient Canadiens et tous les anciens combattants étaient expérimentés.

Mais aux Ailes d’époque nous étions plus que prêts pour cette invasion bien chorégraphiée, nous avions ouvert nos portes, agité un drapeau canadien et nous nous sommes rendus aux forces combinées de l'Aviation Royale du Canada et d’autres membres de l'Armée. Ce sont plus de 50 militaires bien endurcis au combat, soutenus par du renfort encore plus nombreux incluant des membres de leurs familles, qui ont envahi le hangar, sans faire de prisonniers, assurant leur place dans l'histoire et partageant une journée riche en souvenirs, évoquant les vieux amis et cette époque particulière.

Toutes métaphores mises à part, les Ailes d’époque du Canada fut très fier d'être inscrit sur l'itinéraire d'un rassemblement d’anciens combattants des escadrons 435 et 436 de l’Aviation Royale du Canada, alors présents dans le théâtre d’opérations en Birmanie pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils fêtaient le 65e anniversaire de leur victoire sur les Japonais.

L’Aviation Royale du Canada a joué un rôle très important dans cette zone de guerre trop méconnue de la plupart du monde. Les deux escadrons de transport 435 et 436 (Canucks Unlimited) y ont été déployés en 1944 et 45 pour approvisionner l'Armée britannique venue contrer la progression du Japon en Inde et en Birmanie. Le "Burma Hump", cette région montagneuse où se déroulaient les célèbres longs vols de ravitaillement par l'ARC, fait maintenant partie de la légende. Sur le terrain se trouvaient de nombreux Canadiens au sein de l'Armée Britannique, parmi eux le major Hoey Charles, récipiendaire de la Croix de Victoria à titre posthume.

De plus, les Canadiens ont servi dans la RAF et l'Armée britannique tout le long de l’Asie du Sud Est, l’Asie du Sud et l'Extrême-Orient. L'Escadron 413 de l’ARC effectuait des vols de reconnaissance sur des hydravions Catalina depuis le Ceylan (aujourd’hui le Sri Lanka). Cet escadron est devenu célèbre grâce au Chef d'escadron Leonard Birchall qui fût l’homme qui détecta la force opérationnelle japonaise faisant route vers le Ceylan. C’est donc grâce à lui que les défenseurs ont eu le temps de se préparer et que l'attaque a été déjouée. Et c’est pour cela qu’il est connu du nom de «Sauveur du Ceylan»; Winston Churchill disait de lui: "Ce Canadien qui nous a prévenu de l'imminence d'une attaque". Le chef d’escadron Birchall et son équipage furent hélas abattus quelques minutes après avoir averti les Alliés et furent maltraités par les Japonais qui les avaient capturés. Birchall a reçu le titre de OBE (Officier de l’Empire Britannique) pour son leadership exceptionnel alors qu'il était détenu en captivité par les Japonais. Pendant son incarcération dans les camps de prisonniers de guerre japonais, Birchall a confronté plusieurs fois les Japonais pour exiger un traitement équitable des prisonniers en conformité avec la Convention de Genève. Dans le premier camp de prisonniers, il frappa un soldat japonais qui forçait un Australien blessé à travailler. Cela lui valut un passage à tabac et un confinement à l'isolement  mais il avait gagné le respect des autres prisonniers de guerre. Tout au long de son internement dans les camps, Birchall écrivit des comptes rendus détaillés des décès et des mauvais traitements infligés par les gardiens. En 1944, il se retrouva dans une situation au cours de laquelle des prisonniers malades étaient contraints de travailler sur les quais. Il ordonna à tous les hommes de cesser de travailler jusqu'à ce que les malades puissent se faire excuser. Birchall fut alors battu et envoyé dans un camp de discipline spéciale où il fut de nouveau battu. Il fut libéré le 27 août 1945 par les troupes américaines. L'escadron fut dissous en février 1945 et reconstitué plusieurs années plus tard. Basé à Greenwood en Nouvelle-Écosse, il est aujourd’hui toujours en opération dans son rôle de missions de recherche et de sauvetage.

En partie parce que ces événements se déroulaient dans une jungle lointaine à l'abri de la menace immédiate d’Allemands aux portes, en partie parce qu'il n'y avait pas beaucoup de films ni de couverture photo et en partie parce qu’il y avait relativement moins de combattants, les hommes et les femmes qui se sont battus dans cette guerre de privation contre un ennemi impitoyable n'ont jamais pleinement reçu les mêmes admiration et crédit pour leur sacrifice comme, disons, ceux qui ont combattu pendant la Bataille d'Angleterre ou la Bataille de Malte.

La journée était ensoleillée, nos bénévoles étaient prêts et certains de nos avions étaient parés à décoller dans le ciel de Gatineau. Les photographes Pierre Lapprand, Graeme Goodlet et George "The Hammer" Mayer étaient sur place pour donner un coup de main et capter des souvenirs de cette merveilleuse journée.

Ce soir-là, les "Stars de Birmanie" ont eu droit à un dîner d’honneur offert par le ministre des Anciens Combattants et ils furent tous présents le lendemain à une cérémonie spéciale qui s'est tenue au Mémorial national de guerre du Canada. Ce fut et c’est toujours un grand honneur pour nous, aux Ailes d’époque, de pouvoir rendre hommage à ces grands Canadiens qui ont joué un rôle important lors de ces grands bouleversements sociaux qui ont constitué la Seconde Guerre mondiale. Pour eux, nos portes sont toujours grandes ouvertes.

Dave O'Malley

 

BurmaStars 3

L'une des trois vagues d’anciens combattants de Birmanie et leurs familles arrivent en autobus à la porte d'entrée des Ailes d’époque. Pour veiller à ce que tout le monde ait suffisamment de temps pour apprécier pleinement la collection, le grand nombre de visiteurs a été divisé en trois groupes qui arrivent à des moments différents (9 heures, 10 heures et 11 heures). Notez les mots affichés sur le panneau de destination de l'autobus: "Lest We Forget". "Nous nous souviendrons d’eux".

 

BurmaStars 2

L'assaut aéroporté commence de façon à coïncider avec les manoeuvres terrestres. Certes, tous les anciens combattants de l'ARC en présence ce jour-là sauteraient sur l'occasion pour arriver sur leur ancien cheval de bataille. Le photographe Pierre Lapprand positionne son appareil photo pour placer autant de végétation que possible entre lui et le Dak du CWH afin de créer un look d’aérodrome Birmanie-esque. À propos de cette photo, le vétéran de Birmanie Glen Connoly a écrit: "Sur votre page web, parmi les belles photos qu’on peut voir de nous, vétérans de la Campagne de Birmanie, il y en a une prise par Pierre Lapprand. Il a photographié le «Dakota» avec des arbustes en avant plan. Cela m'a rappelé une mission de livraison de fournitures que nous avions faite. C’était à une base de Spitfires. Vous savez qu'un "Spit" n'a pas besoin d'une longue course au décollage. Par conséquent, les grands arbres entourant l’aérodrome n’étaient pas très loin du bout de la piste de décollage. Pour revenir à la base, nous devions nous sortir de cette situation. Notre pilote, un camarade de la RAF, notez que je faisais partie de l’équipage d’un escadron de la RAF, avait placé le «Dak» de sorte qu'une bonne partie de son extrémité arrière était plongé dans la broussaille bordant le seuil de piste. Lui et le second pilote tenaient le volant à fond en arrière. Les deux avaient les pieds sur les pédales de frein. Le copilote tenait les manettes des gaz en position pleine puissance. On pouvait sentir notre «vieux zinc» voulant nous forcer à y aller. Moi, le Wop-Air, j’étais debout comme d’habitude derrière les pilotes pendant les décollages et atterrissages. Le pilote dit au copilote "À trois on lâche les freins!" ... 1 - 2 – 3. Nous partîmes, la queue se souleva tout de suite et nous décollâmes rapidement. Le copilote rétracta aussitôt le train d'atterrissage et nous passâmes juste par dessus les arbres. Je pense qu’on aurait coupé la cime des arbres si les roues n’avaient pas été rentrées". Voilà juste une des nombreuses anecdotes vécues par ceux qui livraient les fournitures nécessaires aux troupes en Birmanie. Photo Pierre Lapprand

 

BurmaStars 5

L’ancien combattant de Birmanie Harold Holland, sa fille Leslie et le bénévole des Ailes d’époque Michael Virr posent devant le Tiger Moth. "Dutch" Holland pilotait des Hurricanes Mk IIc dans l’Escadron 11 de la RAF. Holland dit qu’il faisait confiance à ce robuste chasseur. Il n’y eu qu’une fois, en novembre 44, suite à une surchauffe du moteur, que son Hurricane l’a contraint d’atterrir. La seule place disponible pour un atterrissage sur le ventre était la surface d’un fleuve dans la jungle birmane. Malheureusement Harold ne savait pas nager. Comme par magie un Spitfire vint à la rescousse et le guida vers un marais juste de l’autre côté d’une montagne. Lorsque l’avion fut récupéré, les mécaniciens lui dirent qu’un piston était pratiquement soudé à son cylindre! Photo prise par Pierre Lapprand

 

BurmaStars 6

Sean Martin, qui est né probablement quelques 40 ans après la Campagne de Birmanie, capte l’attention de son auditoire de vétérans de Birmanie en décrivant l’histoire de notre Fairey Swordfish. Photo par Pierre Lap

prand

BurmaStars 8

John Windish soulève l’enthousiasme et des rires dans son groupe de vétérans de Birmanie. Photo par Graeme Goodlet

 

BurmaStars 7

Marc Turcotte parle du Spitfire à un autre groupe tandis qu’au loin le Dakota du CWHM est au roulage juste après son atterrissage. Photo par Pierre Lapprand

 

BurmaStars 13

Brandon Zimmerman, pilote au Canadian Warplane Heritage, penche la tête pour mieux entendre l’équipe au sol des Ailes d’époque après le vol long et bruyant depuis Hamilton. Photo par Pierre Lapprand

BurmaStars 4

On ne peut pas trouver plus canadien que "Canucks Unlimited" qui était le slogan de l’Escadron 436, et qu’on retrouvait peint sur beaucoup de leurs Daks en Asie du Sud, tout comme sur celui du Canadian Warplane Heritage Museum, Ontario. Le CWHM a envoyé son warbird magnifiquement entretenu à Gatineau pour le plaisir des vétérans de Birmanie. Photo par Graeme Goodlet

BurmaStars 12

Surplombant 2 avions d’entraînement de base des Ailes d’époque (le Tiger Moth et le Fleet Finch), on se rend bien compte de la hauteur à laquelle on se trouve dans le cockpit du DC-3. Photo par Graeme Goodlet

BurmaStars 24

ONUS PORTAMUS - "Nous portons la charge". À ce jour l’Escadron 436 porte toujours sur ses épaules de lourdes charges pour la Force aérienne du Canada en opérant le CC-130 Hercules basé à la BFC de Trenton. Mais c’est à Gujrat, en Inde en 1944, que cet escadron a vu le jour avant son transfert en Birmanie. C’est pourquoi il était tout naturel de choisir l'éléphant indien pour mascotte et symbole sur leur insigne. D’ailleurs cela rend tellement bien hommage aux qualités de cet avion, en opération continue depuis près de 66 ans (un seul arrêt de 46 à 49). L’Escadron 436 a seulement utilisé 3 différents types d’avion de transport: le Dakota DC-3, le Fairchild Flying Box Car et enfin le Herc. Photo par Graeme Goodlet

BurmaStars 28

Une belle prise de vue du puissant DC-3 "Canucks Unlimited", un hommage formidable aux hommes de l’ARC qui se sont battus lors d’une guerre oubliée au bout du monde. Photo par George Mayer

BurmaStars 9

Michael Virr explique à un groupe de vétérans et à des membres de leurs familles le travail qui doit être accompli sur le Spitfire afin qu’il soit prêt pour le jour anniversaire de la Bataille d’Angleterre. Photo par Pierre Lapprand


BurmaStars 29

Un canin et des chevaux. Un ancien combattant de la Campagne de Birmanie prend une photo du Mustang des Ailes d’époque pendant que son chien cherche des yeux le chat du hangar. Photo par George Mayer

BurmaStars 30

Sean Martin explique l’histoire de notre de Havilland Beaver. Photo par George Mayer

BurmaStars 10

Peter Ashwood-Smith au roulage dans le Fleet Finch des Ailes d’époque. Il n’y a pas de doute que plusieurs anciens combattants de Birmanie ici présents aient eu une certaine expérience de vol sur ce type d’avion au cours de la Seconde Guerre mondiale. Les Ailes d'époque du Canada est un lieu très actif pour l’exploitation des vols, les visiteurs sont souvent témoins de ces périodes d’entraînement en observant pendant leurs visites nos avions historiques qui vont et viennent. La formation continue de tous nos pilotes est essentielle pour la sécurité au sol et au cours de défilés aériens commémoratifs. Photo par Graeme Goodlet

BurmaStars 26

Art Adams, surnommé le "Brick Bomber", pointe son objectif sur le tableau de Lance Russwurm dans le hall des Ailes d’époque du Canada. Il était "kicker" sur C-47/DC-3 Skytrain / Dakota pendant la Campagne de Birmanie. Un "kicker" était un arrimeur sur Dak qui livrait souvent des fournitures à des endroits éloignés en les expulsant littéralement par des coups de pied depuis la porte cargo. Il était à bord d'un Dakota transportant 2 000 briques devant être utilisées pour construire un four pour faire la cuisine lorsque l'avion survola à basse altitude un hydravion japonais tiré vers le haut d’une plage. En ayant jeté des briques sur l'avion ennemi, Art Adams est devenu la seule personne à avoir accompli une "victoire" avec des briques. Cette victoire a officiellement été confirmée dans un magasine japonais il y a 12 ans. Photo prise par George Mayer

BurmaSta4

Art Adams sort la tête du cockpit du Dakota du CWH tandis que l’équipe terrestre prépare l’avion pour la reconstitution de sa fameuse scène d’attaque à la brique sur un avion japonais. Photo par Pierre Lapprand

BurmaStars 15

Rob Fleck, chef des opérations des Ailes d’époque (à gauche) donne un coup de main au TEA Paul Tremblay pour démonter l’escalier du Dakota. Photo par Pierre Lapprand

BurmaStars 16

Un tableau de Lance Russwurm représentant un autre «Canucks Unlimited», un Dakota du 436e Escadron avec à son bord le fameux Brick Bomber. Une description de cette gravure provenant de Sptifire Emporium raconte l'histoire suivante : (Birmanie, 1945) En avril de cette année, le 436e Escadron de transport avait reçu l’ordre de déplacer les activités depuis l’île de Akyab dans la Baie du Bengale vers le long des côtes birmanes à l’île de Ramree. Ce déménagement était nécessaire pour maintenir l'approvisionnement de la 14ème armée britannique qui avançait sur les Japonais. Ramree avait été bombardée et gravement endommagée. S-L Dick Denison avait été chargé de convoyer un chargement de briques à Ramree de sorte que les cuisiniers puissent construire des fours pour répondre aux besoins du mess de l'escadron. Le C-47 (KN210) piloté par Denison transportait les briques et ne pouvait pas gagner d'altitude en raison de sa surcharge. Tout comme une apparition, L.A.C. Art Adams repéra un hydravion japonais arimé sur une petite île. Quelqu'un a crié, «Débarrassons-nous de quelques briques!" La sonnerie d’alerte de parachutage a retenti et les signaux lumineux se sont allumés, et le fameux signal "Larguez". Pendant quelques passages bas, Adams a jeté autant de briques qu'il le pouvait. Aucun signe de vie avait été observé autour de l'avion ennemi et il est douteux que de véritables dommages aient été causés, mais il est sûr que ce bombardement avait été le seul de la Deuxième Guerre mondiale qui fut fait avec des briques . Denison a ensuite posé le Dak comme une plume. Il était surchargé de 2000 livres! Peinture par Lance Russwurm

BurmaStars 27

Art Adams s'apprête à jeter de la brique dans une reconstitution d'un acte de guerre des plus originaux mené il y a plus de 65 ans à l'autre bout du monde. Photo par George Mayer

BurmaStars 17

Un plan rapproché de Art s'apprêtant de montrer aux Japonais qui est le boss. Adams a coopéré de très bon coeur à la mise en scène de cette photo. Photo par Pierre Lapprand 

 

BurmaStars 18

Un des trois groupes des vétérans de Birmanie, beaucoup portant leurs chapeaux de brousse, pose pour une armée de photographes. Parmi les 16 vétérans se trouvent Art Adams en avant à droite et "Dutch" Holland en arrière à gauche. Photo par Pierre Lapprand

 

BurmaStars 19

Le premier groupe de 16 est rejoint par leurs épouses, leurs familles et par l'équipage du Dakota du Canadian Warplane Heritage Museum. Photo par Pierre Lapprand

BurmaStars 20

Un deuxième groupe de 18 vétérans pose pour Lapprand. Tandis que certains se déplaçaient avec une marchette et que d'autres étaient en chaise roulante, ils avaient fière allure, et ça se reflétait sur leurs visages. C'était une bonne journée. Photo par Pierre Lapprand

BurmaStars 21

Le deuxième groupe est rejoint par les familles et du personnel de la Force aérienne. Photo par Pierre Lapprand

BurmaStars 22

Le dernier groupe de 20 personnes gare leur matériel pour la photo. Photo par Pierre Lapprand

BurmaStars 23

Le troisième groupe est rejoint par leurs épouses et leurs familles. Ce fut un des grands jours les plus honorables au hangar des Ailes d'époque. Photo par Pierre Lapprand

Search
The complete Warbird U Calendar for 2012
© 2013 Vintage Wings of Canada, all rights reserved. Vintage Wings of Canada, Warbird U., Gray Ghost, Gray Ghost 2, Hawk One and Vintech Aero are trademarks of Vintage Wings of Canada